14
mar

  Suivons l’histoire de Curt. Pendant la période de « désintoxication », il a appris à ne plus s’énerver, mais à rester calme et optimiste en dépit de tous les soucis de sa vie.

Vu qu’il travaillait dans le domaine des ventes et qu’il voyageait beaucoup, il planifiait minutieusement ses voyages pour pouvoir jouer aux jeux de hasard et aux machines à sous. Peu à peu, son état s’aggravait : il empruntait de l’argent pour pouvoir payer ses dettes et donc, il n’avait plus le contrôle de soi.

Il a abandonné plusieurs fois les séances des Joueurs Anonymes, justement parce qu’il ne conscientisait pas le besoin de revenir à la vie normale. Pendant des années il a caché cette dépendance. Il envisageait toute sortie en ville et tout voyage comme une nouvelle chance d’entrer dans un casino, ce qui lui faisait le plein d’adrénaline….Jusqu’à un jour où il s’est dit : « Ça suffit ! » et il est revenu dans le groupe des Joueurs Anonymes, cette fois 100% conscient de la nécessité de revenir à sa vie d’avant.

C’est le temps de rétablir la confiance ! Le programme auquel Curt participe offre aux joueurs des évaluations périodiques, de l’assistance familiale et des conseils financiers. L’élément financier est très important dans le bon déroulement du programme et dans la rééducation des patients. C’est pour cela que les conseilleurs veillent que les joueurs n’aient pas à leur disposition de grandes sommes d’argent : pour qu’ils disent non à la tentation et pour qu’ils ne tombent pas dans le péché.

Curt évite d’avoir de l’argent liquide et pour faire le plein d’essence ou aller au supermarché il utilise les cartes cadeaux. Pour lui, l’argent liquide est un diable qui peut déclencher de fortes tempêtes menaçant l’équilibre de sa vie. Il veut l’éviter à tout prix !

3 commentaires for “Un autre mode de vie pour les joueurs compulsifs”

1
Bizarre

Bravo, Curt! C’est une preuve de courage et de volonté. Un vrai exemple à suivre!

10 avril, 2012 à 13 h 00 min
2
ciel_bleu

De nos jours, cette maladie (je pense que je peux appeler maladie la dépendance aux jeux de hasard)fait beaucoup de victimes. J’ai des amis qui en souffrent sans s’en rendre compte. Même si on leur dit toujours de renoncer aux jeux de hasard, il ne le feront pas jusqu’à ce qu’ils deviennent conscients de leur problème. C’est ce que Curt a déjà fait.

10 avril, 2012 à 13 h 01 min
3
Antoine

Ce qui compte le plus, c’est d’avoir de raisons pour continuer, pour pouvoir abandonner ce qui nous fait du mal.

10 avril, 2012 à 13 h 02 min

Laisser une réponse